L'en(_)vie


Tout le monde est en quête de motivation … Qu'on la cherche à travers le sport, le gens, les soirées, la drogue (ne mens pas), nous essayons tous de trouver la même chose : plus forte encore que le simple intérêt : l'envie.

L'envie est un même but qui nous forge, qui nous guide, qui nous anime. Un même but qui nous fait prendre toutes les directions, mais également aucune. Des rebonds permanents qui motivent nos pulsions vers d'autres horizons, d'autres solutions, alors qu'ils définissent nos besoins profonds et personnels enfouis sous nos obligations, nos problèmes et nos angoisses.


Envie de créer …

L'envie de créer est la première envie. Elle s'associe à un manque profond de choses dans notre vie. Certaines personnes créent des liens avec d'autres personnes inopinément, changent totalement d'orientation en se portent vers quelque chose qui favorise le développement personnel (métier avec plus de responsabilités, activités plus dynamiques qui mettent en avant les personnes), ou également par planification d'énormément de projets ; cela signifie qu'ils pallient à un manque cruel de conception par une multiplication (parfois excessive) d'opportunités de création. Cela permet de construire une vie ou une situation qui n'avait pas de but et au passage de satisfaire une envie profonde de structure.


Envie de détruire …

L'envie de détruire, à l'inverse de l'envie de créer vient le plus souvent lorsque l'on est soumis à un stress qui nous encombre, voir nous submerge. En général ce stress provient des innombrables tâches qu'on a envie de réaliser, mais qu'on ne réalise évidemment pas à cause de l'énergie qu'elles demandent. Cette envie de détruire est bien souvent précédée voir associée à une phase de dépression (un relâchement nerveux). Elle occasionne une perte de repères, puisque la méthode de fonctionnement n'est plus compatible avec l'envie : Celle-ci puise plus de ressources qu'elle en procure. L'envie de détruire se traduit le plus souvent par un excès de nervosité, de contradictions, un manque de tolérance et une "flemme" de gestion aiguë (Programmer quelque chose devient un supplice, que ce soit les sorties, les projets ou tout simplement le réveil). Tout comme l'envie de créer, l'envie de détruire quand elle devient trop envahissante s'en suit par une envie inverse, donc, celle de créer à nouveau, et parfois même de réparer ce qu'on détruit sous le poids de la culpabilité (Prendre du recul sur nos actes, réalisé sous le coup des nerfs).


Envie de réussir …

L'envie de réussir, contrairement aux deux précédentes notions, favorise l'achèvement. Ce n'est plus l'envie de faire ou de défaire qui nous motive, mais l'envie de finaliser. Le processus en soit ne nous plait pas, il faut juste que ce que l'on fait ou ne fait pas nous soit profitable infine : Nous ne sommes pas content de faire un gâteau, mais content qu'il plaise à ceux qui le mangent. Nous ne sommes pas content de nous engueuler avec un ami, mais nous sommes content que ce que nous avions à dire soit dit. L'envie de réussir transforme notre manière de penser en "TO-DO List". Le fait de réussir vous motive à réussir encore plus. Vous entrez dans un cercle vertueux et créez un environnement de succès !


Nous avons tous des envies différentes, qui sont propres à nos besoins, à nos situations ou à nos perceptions. Il important de savoir que l'envie nous maintien (En vie) et que tôt ou tard elle changera pour une nouvelle chose qui nous motivera. Satisfaire ses envie est donc plus que préconisatrice pour être en harmonie avec soi même, ne le prenez pas à la légère. Il ne faut également pas oublier qu'elle est en concurrence direct avec la raison, qui à tendance à cognitivement brider nos pulsions et nos émotions, afin de ne pas devenir fou.


Follow your way.

Be strong.


  • Twitter - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle
  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc

Retour en haut